Archives quotidiennes : 10 octobre 2011

Grand Canyon National Park – North Rim – Arizona

26ème semaine (du 3 au 9 octobre 2011)

LE GRAND CANYON, il était bien sûr au programme. On comptait bien le voir mais on ne savait pas du tout ce que c’était, on n’avait aucune idée du site.

Comme on s’en approche, on découvre qu’il a deux rives (ça paraît normal) et qu’il faut parcourir 346 km pour aller de l’une à l’autre. La rive sud, la plus visitée, est ouverte toute l’année, tandis que la rive nord, culminant à 2’400 m d’altitude (330 m de plus que la rive sud), plus isolée aussi, n’attire que 10 % des visiteurs du parc et ses infrastructures ferment à mi-octobre.

LE GRAND CANYON, c’est des dimensions aux chiffres étourdissants : 1’600 m de profondeur, 16 km de large en moyenne. Le Colorado River qui le traverse sur 450 km, creuse le canyon depuis six millions d’années révélant des roches vieilles de deux milliards d’années (la moitié de l’âge de la Terre).

Ce lundi, cap donc sur le Grand Canyon, rive nord. On appréhende un peu. Qu’est-ce qui nous attend. Allons-y tranquillement, on n’est pas pressé. On quitte notre camping des environs du Zion National Park où l’on a rencontré 2 couples Québécois fort sympathiques. D’ailleurs, ils vont prendre la même route que nous, demain. Sur le parcours, on passe devant le panneau d’un site d’état, allons voir ce que c’est. On prend donc la direction du Coral Pink Sand Dunes State Park à une 15aine de km.  L’endroit est joli comme tout, le camping accueillant comme tout, on s’y installe pour la soirée et la nuit. Le temps se couvre, l’orage tourne autour de nous, voilà qu’il pleut . Le lendemain matin, le soleil est là et on explore les belles dunes orange encore humides, vierges de toutes traces. On remarque que les Américains, eux, viennent ici pour y faire du quad et c’est même sympa de les voir circuler par monts et par vaux. Après cette jolie virée, on est en appétit pour le repas de midi et départ. On gagne le camping DeMotte du National Forest, camping le plus proche de l’entrée nord du Grand Canyon. On y retrouve les véhicules des Québécois mais sans eux. Et c’est parti, entrons dans le site. Pour cette fin de journée, on se contente de découvrir le point de vue tout proche de l’hôtel du parc, « Bright Angel Point ». Impossible de rester insensible devant ce spectacle. On est scotché, bouche bée. C’est incontestablement phénoménal et superbe, irréel, l’abîme partout. Seul ennui, le temps. C’est plein de nuages et pas besoin d’attendre, cela ne va pas se dégager de si tôt. Même que, voilà la pluie. Vite, on se réfugie dans l’hôtel. Construit en bois, en pierre et en verre, cet hôtel perché sur le bord du canyon, a une entrée somptueuse et offre par ses larges et hautes baies vitrées, le panorama si unique. On est à l’heure de l’apéro et cela trinque au champagne autour de nous. Quel cadre pour fêter son anniversaire ! Ah, ces Américains ! Ils sont épatants.

Retour chez nous. En passant, on a réservé au camping du parc pour le lendemain cela nous évitera de parcourir une 20aine de km. On passe une nuit très fraiche. Au réveil, nos Québécois sont déjà loin. Ils nous ont collé un petit message à la porte avec adresses et salutations. Ils partent trouver du chaud. Nous, on se déplace au camping du parc et on parcourt avec le cc les divers points du vue de la contrée. Ils sont tous aussi surprenants et magnifiques les uns que les autres. Cyrille adore capturer toutes ces beautés. Le temps, lui, laisse à désirer. C’est plutôt froid. Retour chez nous pour la nuit. Au réveil, tout est blanc, recouvert de grésille. On déjeune dans ce décor. Tout le monde semble ébahi, surtout ceux qui sont sous tente. On s’en va s’en demander notre reste. Plus on avance vers la sortie du parc et plus il y a de la neige sur la route. D’ailleurs, voici le chasse-neige. On continue de circuler et ce n’est qu’au bout d’une 40aine de km que la situation s’améliore enfin. On prend la direction de Page, bord du lac Powell. En passant, on ne résiste pas à faire un détour par Lees Ferry, escale des bateaux gonflables qui descendent le Colorado River. On est à fleur d’eau et on peut y tremper la main dans ce Colorado River. Enfin, on le voit de près. On reprend notre route et on passe le pont Navajo franchissant notre fameuse rivière qui coule tout au fond. Autre arrêt au point de vue « Horseshoe Bend »  d’où l’on a une vue magnifique et plongeante sur le Colorado qui tourne autour d’un piton rocheux. Arrivée à Page, on se pose pour la nuit. Le lendemain, on visite le Canyon Antelope en territoire Navajo. Impressionnant canyon très étroit et très haut forgé par l’eau, le sable et le vent. Mais incroyable aussi le monde que cela attire et combien de clics photographiques sont pressés. On passe la nuit suivante au bord du lac, après le barrage. Les points de vue sont superbes. On constate que les Américains fréquentent l’endroit surtout pour venir y naviguer mais vraiment, il fait trop froid pour que cela nous tente et en plus, la location d’un bateau coûte près de 1’000 $ par jour. Samedi, on quitte le lac pour repartir au nord. Arrêt à Hatch en Utah, sur un RV Park tip top. Il paraît que la vague de froid polaire arrivée sur la région dernièrement s’éloigne gentiment. En tous les cas, pour le moment, les crêtes avoisinantes sont saupoudrées de neige. On reste sur place dimanche en attendant l’amélioration. La nuit dernière, il faisait -2.5°.

Salut, à la prochaine.

2011.10.03 au 9 – North Rim Gd Canyon – réduits