Archives quotidiennes : 27 août 2012

New Brunswick, Nova Scotia

 

72ème semaine (du 20 au 26 août 2012)

Dans moins de deux semaines, ce voyage sera terminé et nous serons de retour chez nous. Nous allons laisser notre cc au port d’Halifax le 6 septembre et nous nous envolerons le même jour pour arriver le lendemain à Genève. Si on se réjouit de retrouver nos familles, nos amis et toutes nos habitudes, c’est tout de même avec un pincement au cœur que l’on va laisser ce continent après y avoir passé de si bons moments, vu tant de belles choses et traversé tant de plaines, mers et montagnes. Gageons que Cyrille ne va pas manquer de s’atteler à un nouveau projet qu’il a peut-être en tête déjà…

Cette semaine, nous avons été gratifiés d’un temps superbe et d’une température très honnête, fraiche la nuit et par moment bien chaude dans les journées.

En quittant Caraquet, on croyait laisser les Acadiens mais on a bien vite réalisé qu’ils sont installés tout le long de la côte. On a retrouvé de multiples maisons décorées aux couleurs acadiennes, des noms de village et de lieux sonnant bien français, tels que Neguac avec son île aux Foins ou Bouctouche et l’histoire de La Sagouine, personnage d’un best-seller dont l’univers romanesque a été reproduit sur un site permettant de se plonger dans l’environnement acadien du début du  XIXe s.

Le parler acadien est un nouvel exercice d’audition pour nous. Que de fois nous avons du faire répéter l’information ou la question. De même, nous sommes souvent surpris de ne pas être compris par notre interlocuteur et d’avoir à nous répéter avec d’autres mots.

A Miramichi, ville anglophone, un habitant est venu faire causette et nous prendre en photo. Il parlait aussi bien français qu’anglais. Il a sollicité pour nous la possibilité de rester stationné devant le fleuve pour la nuit auprès d’une patrouille de police. Vraiment sympa. Le lendemain, à 9 h., un coup de corne de brume nous a fait lever le nez et admirer le départ d’un très joli voilier.

Mardi soir à Bouctouche, concert d’un groupe rock sous le couvert du marché. Le lendemain matin, ce sont des ostréiculteurs qui nous occupent. Ils récoltent les collecteurs sur lesquels de minuscules huîtres se sont greffées et vont les entreposer en rivière où les huîtres prendront 3 ans à devenir adultes.

A Shediac, le plus grand homard du monde est exposé et nous rappelle que sa pêche rythme la vie des habitants de la région.

En passant une nuit à Baie Verte, devant un marais, on est captivé par des hérons cendrés observant leur quête de nourriture et leurs vols magnifiques.

Le lendemain, à Pictou, plutôt que de stationner sur une zone en friche au terminus des entrepôts à bateaux, on est invité à prendre place pour la nuit au bout de la jetée de la marina. C’est pas sensas ce genre de petite invitation, encore un superbe endroit que l’on gardera en souvenir. Auparavant, un tour au centre ville nous a permis de voir les demeures de pierre au petit côté « Old Scotland » assez prononcé. Pictou est surnommée le « berceau de la Nouvelle-Ecosse ». Est exposé sur le quai une réplique grandeur nature de Hector, le bateau des premiers pionniers écossais (des Highlands) débarqués à Pictou en 1773.

Enfin, samedi, arrivée sur l’île du Cap Breton. Toujours des paysages grandioses sous une belle luminosité avec un littoral découpé de petites plages et de falaises se jetant dans l’océan, agrémenté de villages paisibles et de petits ports de pêche bien accueillants.

A Chéticamp, aux portes du parc national, on retrouve l’Acadie. La population parle indifféremment français ou anglais voir un mélange des deux, le chiac. A quelques kilomètres, à Cap-le-Moine, on visite le Centre de la Mi-carême avec une exposition de masques confectionnés localement et une présentation sur l’histoire d’une des anciennes traditions acadiennes : la « mi-carême » toujours célébrée dans la région en hiver. Gisèle Leblanc expose ses œuvres de tapis ou tapisseries « hookés » et nous fait la démonstration de son savoir-faire avec crochet et linge ou laine.

En soirée, on assiste au concert de l’artiste locale, chansonnière et guitariste, Sylvia LeLièvre, un moment surprenant d’authenticité et de simple plaisir.

Dans le parc, on effectue deux randonnées l’une offrant une vue plongeante sur l’océan et l’autre un panorama sur une partie du littoral. Simplement superbe, du pur bonheur.

Dimanche, 9 septembre à midi, pizza au feu de bois pour tout le monde. Annoncez-vous !

 

2012.08.20 au 26 – New Brunswick, Nova Scotia – réduits