Archives quotidiennes : 24 juillet 2012

De New York aux chutes du Niagara

67ème semaine (du 16 au 22 juillet 2012)

Bye, bye New York, en route pour Northvale dans l’état du New Jersey, chez Maddy et Gaspard. J’ai oublié de vous dire mais les patrons du « Madeleine’s Petit Paris » ne reculent devant aucun effort, non seulement ils reçoivent, cuisinent et servent les clients divinement mais ils animent encore les soirées par leurs chansons et quand c’est la semaine du 14 juillet, ils nous chantent « La Marseillaise » clôturant la séquence par quelques « yodles » bien de chez nous. Ils sont infatigables, quelle énergie ils déploient. Maddy a un véritable ressort sous les fesses, elle ne reste pas une minute en place.

Ce lundi soir, on est attendu chez leurs amis, Jocelyne et Marvin, où l’on se retrouve en joyeuse compagnie de francophones. On est reçu comme des princes dans cette magnifique propriété. Jocelyne a mis les petits plats dans les grands pour servir sa 15aine d’invités sur la terrasse. Tout est délicieux en commençant par le « humus », le saumon, le poulet, le buffet de desserts sans oublier les vins fins. Quelle belle et bonne soirée. Merci et à charge de revanche, comme on l’a dit, n’hésitez pas à venir nous trouver chez nous ce sera certes plus simple mais avec le même plaisir. Quels merveilleux et chaleureux souvenirs on a emmagasinés par là.

Notre colis de Suisse étant arrivé, on peut quitter nos amis. Mardi, dernières embrassades et départ pour les « Finger Lakes ». Superbe région conseillée par Michel et Maddy. On a aussi beaucoup aimé visiter le musée du verre de Corning où de très belles œuvres très originales sont exposées.

Toutefois, en chemin, un nouvel ennui est venu nous surprendre. Un choc sur le pare-brise et aussitôt une fissure qui s’allonge secondes après secondes alors que l’on roule sur une autoroute en pleine canicule. Dès que possible, on s’arrête à une station-service mais personne pour intervenir sur le choc. A Corning, on essaie quelques garages sans plus de succès. Finalement, par téléphone, on trouve une entreprise disposée à se déplacer le lendemain. Son intervention se résumera à étaler de la résine. Peut-être que cela suffira à arrêter la progression de la fente principale, l’avenir nous dira, mais pas de miracle, notre pare-brise reste bel et bien endommagé.

A Watkins Glen, sur le bord d’un des « Finger Lakes » on apprécie une jolie balade rafraîchissante le long d’une gorge très bien aménagée, agrémentée de multiples chutes d’eau. Le lendemain, on suit le bord de ce lac « Seneca Lake » découvrant une campagne agréable verdoyante couverte de cultures et vignobles avec de très nombreux propriétaires viticulteurs proposant dégustation et vente de vins. La ville de Geneva à l’autre extrémité du lac semble paisible. La préposée à l’office du tourisme ne connaît pas l’origine du nom de la ville pour satisfaire notre curiosité. On poursuit sur Rochester, une immense ville américaine qui paraît difficile à visiter à pied tant elle est étalée. On s’aperçoit qu’elle est le berceau de l’entreprise « KODAK » dont elle a pu longtemps s’enorgueillir de sa renommée jusqu’à son récent déclin. Cette entreprise occupe un très vaste territoire avec ses bâtiments administratifs, industriels et ses parkings… Plus loin, on constate la présence de beaucoup d’industries et bâtiments à l’abandon tout comme certains quartiers de maisons d’ailleurs. Longeant les rives du lac Ontario, on arrive sur les bords de la rivière Niagara. A Lewiston, la société « Whirlpool jet » propose une croisière remontant le fleuve jusqu’au tourbillon (whirpool) situé à 1 km des chutes avec traversée de rapides. Les participants sont totalement trempés et ça fait partie du jeu. Inoubliable paraît-il. Nous, on s’est contenté de regarder les images et  films présentant l’aventure, de prendre connaissance des mises en garde et de la décharge à signer avant d’embarquer et de jeter un œil à la tête des participants à leur retour. C’était plutôt mi-figue, mi-raisin.

A Niagara Falls, on se pose et on visite le site, cette fois depuis le côté américain. Quoiqu’on en dise, les chutes sont aussi belles et grandioses de ce côté-ci et on peut les admirer de plusieurs endroits. Sensationnel ! En cette fin d’après-midi, on a procédé par ordre et sans être bousculé. L’attraction « Cave of the Winds » nous a bien plu. On passe un imper jaune, chausse des sandales antidérapantes, descend par un ascenseur, traverse un tunnel pour arriver au pied des chutes américaines. Le fun consiste à s’en approcher le plus possible pour se faire arroser un max dans un bruit d’enfer. Le palier du « Hurricane Deck » est là pour ça. On est trempé mais la sensation est unique.

Le lendemain, passage de la frontière à Buffalo et nouvelle séance photos aux chutes côté canadien. Beaucoup, beaucoup de monde devant le fer à cheval. On ne se lasse pas du spectacle et surtout de regarder la navette des bateaux qui amène les visiteurs au-devant du rideau d’eau. Séance brumisateur garantie. C’est tout à fait génial.

Dimanche, on réalise pleinement qu’on a tourné le dos aux Etats-Unis. Notre téléphone portable ne fonctionne plus. On aurait dû le donner avant le passage de la frontière. Le prix des Mc Do a passé presque du simple au double. Tranquillement, on poursuit notre route jusqu’à Toronto où l’on retrouve notre tonton dans sa maison. Toujours aussi vif d’esprit, il nous remet parfaitement et on passe la soirée à écouter ses aventures de pionnier débarqué en 1959.

Nuit sur place, dans sa rue aussi tranquille qu’à Fornet comme il dit.

 

 

2012.07.16 au 22 – De New York aux chutes du Niagara-réduit