Archives quotidiennes : 1 juillet 2012

Savannah en Georgie et Charleston en Caroline du Sud

64ème semaine (du 25 au 1er juillet 2012)
On se réveille lundi matin sous un ciel toujours très chargé. C’est pluvieux, le ciel est gris, l’orage menace. On atteint Savannah en fin de journée, sur la côte Atlantique. La ville vient d’être rincée. Au « Visitor Center » situé dans l’ancienne gare magnifiquement restaurée, un charmant jeune homme nous renseigne dans son français d’école. Les campers peuvent stationner sur le parking adjacent pour 7 $ par 24 h. C’est parfait. On est à deux pas du centre ville. De plus, un bus gratuit exécute un circuit dans la ville qui donne un bon aperçu du cœur historique. D’autres compagnies de bus offrent des circuits touristiques avec commentaires anglais pour une vingtaine de dollars par personnes. On peut également faire des promenades en calèche ou découvrir le circuit des maisons hantées avec récits d’outre-tombe. Savannah est l’une des plus jolies villes d’Amérique du Nord et les touristes y affluent. Agréable de la parcourir en traversant les jolis petits squares (21 au total) aux chênes vénérables où pendent des guirlandes de mousse espagnole et bordés de superbes maisons couleur pastel. Son vieux port cotonnier conserve près de 2’500 bâtiments à caractère historique et les photos anciennes exposées nous transportent aisément virtuellement dans cet univers. Pour cette visite, fort heureusement, on a profité d’une température en forte baisse (donc supportable) et la pluie nous a épargnée. En soirée, un excellent guitariste nous a gratifiés de son concert à la terrasse d’un établissement de la « City Market ». Dans ces moments là, on est sûr que les « Béberts » seraient comme des coqs en pâte… par ici.
Mercredi matin, ciel à nouveau bleu. On se déplace jusqu’à Beaufort en Caroline du Sud, petite ville présentant toujours les traces de l’opulence des riches planteurs du XVIIIe s. enrichis par la culture de l’indigo et du riz. Le parking de la marina nous accueille pour la nuit et on profite de faire quelques lessives dans la « laundry » à disposition.
Toujours bordant la côte Atlantique, l’étape suivante nous conduit à Charleston. Le parking du « Visitor Center » est complet. On trouve à stationner autour d’un petit parc en face. Le film présenté au « Visitor Center » sur la ville ne nous emballe pas, juste une pub pour 2 $ par personne. Néanmoins, en cette fin de journée, avec une chaleur déclinante, on a apprécié la visite de la ville, pas à pas, suivant les lieux d’intérêts signalés par le guide. On a bien aimé les parcs bordant l’estuaire et voir les maisons de maîtres du quartier de « Battery » mais n’allons pas plus loin, on n’a pas visité les intérieurs qui sont décrits comme superbes de celles qui sont ouvertes au public. On a essayé de profiter de la musique en live d’un bar mais cela a raté. Les « sandwiches » étaient très quelconques et le musicien n’avait toujours rien joué à 8 h. du soir. Retour au cc et déplacement pour la nuit sur un parking d’un centre commercial à l’extérieur de la ville.
Vendredi matin, la fraicheur de la nuit est rapidement dissipée. La température atteint très vite les 35°. On profite d’une bonne connexion « internet » pour expédier quelques mails notamment celui d’une demande de réservation pour le retour par bateau de notre cc. On reprend la route. Arrêt pour dîner dans un restaurant où on apprécie la climatisation. Arrêt suivant au camping du « Buck Hall State Park ». C’est complet mais le gérant nous propose un camping dans la forêt voisine « National Forest ». Pourquoi pas, allons-y. On s’y installe en étalant nos chaises, tapis de sol, auvent. Il n’y a qu’un autre campeur sur le site. Aspergés de produit anti-moustique tout va bien jusqu’à l’heure du souper où là, ce sont d’autres bêbêtes qui nous attaquent malgré l’anti-moustique. En plus, il n’y a pas d’air. Ça suffit, on remballe. Installation sur le parking d’un Walmart dans la ville suivante, à Georgetown.
A 23 h. l’air est encore moite et chaud, ça pue et on apprécie de faire nos courses dans la fraîcheur du magasin.
Samedi, à l’étape suivante, on se rend compte que les vacanciers sont là. Le State Park avec camping et air de plaisance est pris d’assaut. Il n’y a pas moins de 109 entrées prévues dans le camping aujourd’hui. C’est l’effervescence partout. On passe.
Nouvelle tentative d’approche de l’eau en fin d’après-midi à Surf City en Caroline du Nord. Extra. On peut se poser et enfin sentir un peu d’air marin souffler sur la plage. On respire, on se baigne, on se promène. Pour la soirée et la nuit, on se rabat à nouveau sur le parking le plus proche d’un centre commercial avec internet. Là, pas de souci, on ne gène personne et les gérants des magasins nous acceptent. A noter qu’à chaque fois, on va leur demander s’ils nous autorisent à dormir sur leur  parking. En général, c’est le cas sinon on va sur le parking suivant.
Ce dimanche matin, on rédige ce petit papier tout en transpirant toujours sur le parking.
On vient d’apprendre qu’une tempête s’est abattue sur 4 états au nord de notre position. Il se pourrait bien que cela soit l’ouragan « Debby » qui a retrouvé de nouvelles forces. Un peu inquiétant tout de même.
On vous embrasse tous.

Savannah en Georgie et Charleston en Caroline du Sud – réduit