Costalegre – Angahuan – Patzcuaro – Morelia / Michoacan / Mexique

47ème semaine (du 27 février  au 4 mars 2012)

Dans le petit village d’Arroyo Seco, on rend visite à Artemio. Il vend du matériel pour le surf et donne aussi des cours. On vient le voir parce que l’on a appris qu’il prend soin des œufs de tortue. Il a aménagé sur la plage un parc où il entrepose les œufs qu’il récupère après le passage de la tortue. Ainsi, après 35 à 40 jours, les bébés tortues sortent des coquilles et gagnent l’océan. Il pense toutefois que son enclos est vide en ce moment. Artemio nous invite à camper dans son jardin et à nous rendre sur la plage pour observer tout cela. Malheureusement, on y est resté qu’un jour et c’était trop peu pour assister à quoi que ce soit. Des vacanciers canadiens rencontrés sur la plage d’à côté ont eu plus de chance mais ils sont là pour 3 mois. Un matin devant leur hôtel, ils ont vu plus de 70 petites tortues se diriger vers l’océan et la semaine passée à 8 h. du matin, une maman tortue était encore là. On aura au moins profité des moustiques au restaurant du village…

L’escale suivante est Angahuan, village d’une communauté indienne Purépecha. On emprunte les routes secondaires. Dans les campagnes, des travailleurs creusent la terre pour en tirer des briques qu’ils sèchent et cuisent. On s’égare, difficile de trouver la bonne route. Deux jeunes à bord de leur Nissan nous proposent de les suivre, ils y vont. Mais quelle carriole ! Elle va tout de travers. Et voilà qu’ils crèvent. Le changement de roue est plus long qu’il n’y paraît et on les quitte sur le bord de la route. Comme d’autres villages traversés, Angahuan est principalement composé de maisons en bois très très rustiques. Si la rue principale est empierrée et bosselée, les autres ruelles sont en terre poussiéreuse. L’eau de cuisine est parfois encore jetée à la rue. Les femmes sont toutes vêtues à l’identique, jupe plissée serrée, tablier uni avec broderie blanche et un châle permettant souvent de porter le petit  dernier. On n’est pas trop à l’aise en traversant ce village même qu’ils en voient défiler des touristes. Au  petit centre écotouristique du lieu, un autocar est stationné.  On ne tarde pas à croiser les occupants qui reviennent de leur randonnée à cheval. On vient tous ici pour aller voir les restes de « l’église » du village de San Juan Parangaricutiro figés dans la coulée de lave noire. C’est en février 1943 que le sol a bougé au milieu d’un champ de maïs pour finalement faire place à l’apparition et à l’éruption du volcan Paricutin, le plus jeune volcan de la planète. Magnifique balade au milieu des pins jusqu’aux vestiges et spectacle totalement surréaliste et grandiose. Continuant notre route, nous avons traversé une région couverte de plantation de cannes à sucre et la récolte par endroit battait son plein. Quel chargement sur les camions ! Notre arrivée à Patzcuaro n’était pas de tout repos. On a pénétré au cœur de la ville où les étalages des marchands envahissaient une partie de la chaussée. Par chance, le passage était possible et on n’a vu aucun mouvement de mauvaise humeur de la part de la population. Sorti de ce guêpier, c’est avec plaisir, que l’on a pris nos quartiers à l’hôtel/RV Park Villa Patzcuaro. Patzcuaro, 2’140 m d’altitude, est une jolie citée indienne avec une architecture coloniale si particulière faite de maisons blanches aux toits de tuiles dont la base des murs est peinte en rouge lie-de-vin. La place centrale est entourée d’arcades et de belles demeures. On y compte aussi de nombreuses églises, l’une d’elles a été transformée en bibliothèque ce qui lui confère une atmosphère bien particulière. Dans les environs, on n’a pas résisté au charme de nous rendre jusqu’à la petite l’île de Janitzio pour y découvrir son artisanat, ses boutiques, ses restaurants en gravissant ses ruelles menant au sommet. Là encore, il valait aussi la peine de nous hisser à l’intérieur de l’immense statue de Morelos où des fresques relatent l’historique de l’indépendance de la région. Dire que j’ai passé par là il y a 32 ans. C’est fantastique d’y revenir, je ne l’aurais jamais imaginé.  Par contre, le lac semble bien malade avec ses eaux douteuses alors qu’il était l’un des plus beaux du Mexique. Il paraît que son niveau a brutalement baissé lors du tremblement de terre de 1985 et depuis lors, chaque année, il est moins profond et plus pollué.

Ce week-end, c’est Morelia, qui nous a charmés, magnifique ville coloniale, toute de pierre rose vêtue, elle renferme d’authentiques merveilles architecturales. Elle est l’un des 24 sites du Mexique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO avec plus de 1’400 bâtiments répertoriés. Quel plaisir que de prendre le temps de s’y promener tout un dimanche et quelle animation on y a trouvé. D’abord, jusqu’à 13 h. le centre historique était interdit à la circulation et des vélos étaient à disposition de la population. Quelle bonne idée et il paraît que c’est ainsi tous les dimanches matin. Ensuite, on a assisté à l’inauguration officielle d’une rue piétonne mise à disposition des artistes de tout bord pour y exposer leurs créations. Pour l’occasion, un groupe de mariachis de Guadalajara dans leurs vêtements de parade nous a donné concert et on a pu apprécier la très bonne prestation de la jeune cantatrice Maria de las Mercedes et du groupe de musiciens. En fin d’après-midi, autour du Zocalo, on a admiré le folklore indien interprétant la danse des vieux. Ce sont des jeunes gens vêtus de pantalons blancs brodés, ponchos et chapeaux assortis portant des masques de vieux et la canne qui dansent et tapent des pieds en rythme. Super. Pour clore cette belle journée, Cyrille s’est fait pour la 1ère fois cirer les pompes. Rien que ça…

E CHE LA VAYA BIEN…

De 2012.02.27 au 04 – Costalegre-Angahuan-Patzcuaro-Morelia – réduits

5 réponses à Costalegre – Angahuan – Patzcuaro – Morelia / Michoacan / Mexique

  • Danielle et Adrien dit :

    Chers amis,

    Merci pour tous les souvenirs que vous me remémorés.

    Heureux de vous voir mettre tant de bons souvenirs dans votre coeur.

    J’espère que vous pourez voir les monarchs, n’oubliez pas qu’il faut qu’il fasse beau, sinon ils ne volent pas.

    Tout va bien à Los Cabos

    Bizzzzzzzzzzz

    Danielle et Adrien
    PSP: il n’y a qu’une photo sur le site

  • Danielle et Adrien dit :

    Merci pour les photos elles manifiques.
    Je refais le voyage avec vous.
    Bizzzzzzzzz

  • Isabelle dit :

    Bonjour vous deux!
    j’ai les mêmes photos ou presque des ruines de l’église prise dans la lave, impressionnant… à l’époque on avait fait la balade à cheval depuis Patzcuaro et en escaladant le volcan Paricutin, beaux souvenirs!
    je vous souhaite une bonne continuation, hasta la proxima!

  • Marc dit :

    Superbe.Quel beau voyage vous faites.

  • Badia Alain Sylvie dit :

    Toujours là…quel super voyage..que d’informations
    Bisous à vous deux.
    .il faut ménager le 3, pour éviter qu’il ne se venge.
    Alain Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *