Archives quotidiennes : 21 février 2012

Topolobompo – Chihuahua – Mazatlan

45ème semaine (du 13 au 19 février 2012)

Lundi, on traverse la mer de Cortès à bord d’un ferry de la compagnie Baja Ferries partant de La Paz à Topolobampo. Embarquement dès midi, départ à 15 h., arrivée 6 h. plus tard. Traversée très tranquille. Sur le pont supérieur, on scrute l’horizon dans l’espoir d’apercevoir encore une fois les baleines mais seuls quelques dauphins apparaissent au loin. Lorsque l’on se présente au restaurant pour notre repas (compris dans le prix du billet), on apprend que le service est terminé. Trop tard. Après le coucher du soleil, on s’installe au salon jusqu’à l’arrivée. La nuit est là lorsqu’on débarque et, comme indiqué sur un site, on sollicite auprès d’un des gardiens du port la possibilité de rester dormir là, ce qu’il accepte jusqu’à 6h1/2 du matin. Il viendra d’ailleurs nous réveiller. Mardi, on se déplace au village pour déjeuner. Sur le quai, on trouve stationné un cc américain du Colorado. Les occupants dorment là sans aucun problème. On croit rêver avec tout ce que l’on a entendu sur le Mexique et son insécurité. Nous voilà quelque peu rassurés. On se dirige sur El Fuerte en passant par Los Mochis. La route traverse des zones habitées mais pas vraiment des villages. Sans que l’on n’ait eu le temps de s’en rendre compte, la vitesse dans ces zones est limitée à 40 km/h, deux policiers nous font signent de nous arrêter. Mince, voilà que l’on roulait à 51. Quelques palabres nous ont permis de nous en tirer à moins de 100 pesos alors que le policier nous annonçait une bûche de 680 pesos (environ CHF 55.–).  C’est sûr qu’après cela, nous nous sommes veillés à respecter les limitations mais qu’est-ce que l’on s’est fait dépasser…  et qu’est-ce que c’était difficile de repérer les panneaux indicateurs de vitesse. L’arrivée à El Fuerte nous a réconfortés. On a découvert une charmante bourgade au cœur joliment restauré avec de beaux hôtels à cour intérieure surprenante, une maison municipale pleine de vie et même une statue du légendaire ZORRO. Il se dit qu’il est né dans ce village et qu’il y a vécu ses 10 premières années. En fin d’après-midi, on se déplace jusqu’à la gare à quelques km. Stationnement pour la nuit dans la cour arrière d’une petite propriété juste en face de la gare. Contre quelques pesos, ils garderont notre véhicule en notre absence. Nuit très rurale au milieu de beaucoup de coqs chanteurs. Mercredi, à 08.30 h., on monte à bord du train touristique du Chihuahua. Suivant les conseils de notre guide de voyage, on va se contenter d’aller jusqu’à Creel ce qui nécessite déjà près de 8 h. de trajet. Le tracé de cette ligne est effectivement fabuleux. Quittant la plaine, il serpente au fond d’une gorge puis se hisse sur les hauts plateaux pour traverser la Sierra Madre Occidentale. A Divisadero, le train longe la rive des impressionnants canyons de « barrancas de cobre » et s’arrête ¼ h. pour permettre aux voyageurs de descendre et d’aller jusqu’au point de vue, découvrir ce magnifique panorama qui ressemble au Grand Canyon des USA. C’est fascinant. Arrivés à Creel, on s’est installé dans une petite auberge. Bien vite, on a été rattrapé par la fraîcheur du soir nous rappelant qu’à 2’300 m d’altitude, les nuits d’hiver peuvent être très fraîches. En plus, dans ces régions, les maisons ne sont pas isolées et n’ont souvent pas de chauffage. On a pris notre repas du soir en veste dans notre salle d’hôtel et pour la nuit, on a emprunté la couverture du 2ème lit de la chambre. Le lendemain, temps couvert et vent froid. On s’est inscrit pour un petit circuit en bus afin de découvrir quelques points d’intérêts de la région, notamment les curiosités géologiques (pierres en forme de champignons, grenouilles, éléphant), une grotte servant d’habitation aux indiens Tarahumaras, une ancienne église et un lac. Cette balade aurait été plus agréable avec un peu plus de chaleur. Finalement, on était bien content de revenir sur la gare pour reprendre notre train en sens inverse jusqu’à El Fuerte. Vendredi, en route pour les bords de l’eau. On s’installe à Las Glorias, un RV Park attenant à un hôtel, devant l’océan, où l’on est presque les seuls clients (vent toujours assez frais). Samedi, encore quelques centaines de km, et nous voilà arrivés à Mazatlan. Installation au Mar Rosa RV Park. On prend une place au premier front de mer, la vue est trop belle. Dimanche, on profite d’une belle journée sur la plage et on se déplace en ville, le soir, pour la parade de carnaval. Beaucoup de monde pour ce défilé magnifique, haut en couleur, en lumière et en musique de style samba et techno. A l’issue de celui-ci, on a regagné nos pénates assez rapidement.  VIVA MEXICO.

A ceux qui bravent les températures minus, on adresse nos chaleureux messages.

2012.02.13 au 19 – Topolobampo – Chihuahua – Mazatlan – réduits