De Phoenix à Tucson – Arizona

32ème semaine (du 14 au 20 novembre 2011)

Tout d’abord, une très bonne nouvelle. Nos démarches pour l’obtention d’une prolongation de séjour sur territoire américain ont abouties. Nous avons reçu 6 mois de plus. Nous pouvons rester aux USA jusqu’au 21 mai 2012. On est super content, plus de souci de ce côté-là.

En ce début de semaine, on est toujours dans les villes limitrophes de Phoenix. On passe de Apache Junction, à Mesa puis à Tempe. Les RV parcs se comptent par centaines. Pour l’instant, on y trouve facilement de la place. La pleine saison court de janvier à mars. La plupart des emplacements sont occupés par des mobil-homes avec une clientèle régulière. Ces sites de vacances ont souvent piscine, jacuzzi, terrain de tennis, billard et animations diverses pour occuper cette population retraitée. On y rencontre un couple Québécois fort sympathique, Rollande et Henri Paul, avec qui on partagera deux soirées et un repas. Ils restent là jusqu’au début janvier. C’est bien tentant de se poser quelques semaines mais comme on a encore beaucoup à voir, ça sera pour une autre année !

On a fait la randonnée la plus populaire de Phoenix en grimpant jusqu’au sommet dans la Squaw Peak Recreation Area. Effectivement, il y avait du monde, que des sportifs qui montaient parfois en courant. Du sommet à 782 m, on se rend mieux compte de l’étendue de Phoenix et des agglomérations environnantes qui encerclent totalement la colline.

Vendredi,  après le montage de nos pneus neufs qui sont enfin arrivés, départ direction Tucson.  Nuitée à Catalina State Park à quelques km de Tucson. Samedi, visite de Biosphere 2, site expérimental construit fin des années 80 pour reproduire un système écologique artificiel clos. Biosphère 1 étant notre planète. Ce site ne nous a pas plu, tant de milliards investis pour essayer de reproduire une terre sans que ça marche et surtout dans quel but ? Pour de futures stations spatiales ? C’était une époque qui semble révolue. Initialement financée par des fonds privés, l’expérience fut très controversée lorsque le dôme laissa échapper des gaz et dut être ouvert. Le site est maintenant géré par la Columbia University. L’après-midi était plus enrichissant en visitant le « Saguaro National Park » et son « Visitor Center »  avec de magnifiques expositions. Le saguaro est ce cactus géant, symbole suprême du Sud-Ouest américain. L’approcher et le découvrir,  c’est apprendre à le respecter. Il ne pousse que très lentement et il lui faut près de 75 ans pour commencer à faire des branches puis fleurir et donner des fruits. Il semble à la fois si résistant et si fragile. D’autres variétés abondent dans ce parc et les sentiers offrent de splendides vues sur les montagnes et la plaine.

Ce dimanche, très agréable visite de l’ « Arizona-Sonora Desert Museum », un très beau musée vivant et en plein air qui permet de découvrir les animaux et la flore du désert. Ainsi, on y voit scorpions, tarentules et autres araignées dont la célèbre veuve noire, serpents dont les très vénéneux serpents à sonnette, mais aussi coyotes, lynx, pumas et chiens de prairies. On a particulièrement aimé le spectacle présenté avec quelques rapaces et corbeaux. Ils passaient d’un côté à l’autre au-dessus de l’assistance pour aller se poser sur des branches où les attendaient une petite friandise. De cette façon, ils étaient à quelques mètres de nous et on pouvait les observer et les photographier à notre guise. Un spectacle bien huilé comme toujours en Amérique, ni trop long, ni trop court, juste ce qu’il faut.  Et pour la 1ère fois, nous avons pu admirer des colibris dans leur volière. Catherine, une connaissance rencontrée il y a quelques semaines, les décrit si bien sur son site que je la retranscris. « Ces tous petits oiseaux aux caractéristiques physiques stupéfiantes sont de véritables et inestimables bijoux ailés. Le battement des ailes du colibri se fait à une vitesse de 80 battements par seconde, ce qui leur permet de faire du surplace comme les hélicoptères. Ce sont aussi les seuls oiseaux capables de voler en arrière. Ils peuvent atteindre des vitesses incroyables (près de 100 km/h en piqué) et effectuer des accélérations fulgurantes laissant sur place tout ce qui vole. Tout cela étant très énergétivore, les colibris doivent ainsi se nourrir pratiquement en permanence. Ils avalent en moyenne la moitié de leur poids en sucre par jour en butinant le nectar des fleurs grâce à leur longue langue extensible. La couleur de leur plumage varie en fonction de l’exposition à la lumière, ce qui nous offre une palette surprenante de couleurs à chaque instant différente. »

Pour conclure cette semaine, nous vous faisons partager le spectacle qui s’offre à nous en ce début de soirée de dimanche. Il s’agit d’un magnifique coucher de soleil qui nous donne tellement envie de continuer notre incroyable voyage à travers les USA.

A la semaine prochaine…

 

2011.11.14 au 20 – Phoenix àTucson, Saguaro NP – Arizona – réduits

2 réponses à De Phoenix à Tucson – Arizona

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *