Sud Dakota et en route pour l’Alaska

15ème semaine (du 18 au 24 juillet 2011)

Dimanche, après la visite du village  Western de 1880, on est arrivé dans le State Park des Badlands du Sud Dakota. On règle le droit d’accès au parc et on est ravi, c’est magnifique, toutes ces crêtes de sable, ces châteaux à tourelles,

    ces cheminées de fées mais il fait au moins 40°. On est essoufflé au simple fait de sortir de la voiture. On ne tarde pas à s’installer dans un camping du parc et là, à l’ombre de notre store, on respire en profitant d’un vent léger et du panorama.

   Le coucher de soleil est voilé et la nuit reste chaude. On repart d’un bon pied dès le déjeuner fini et on continue d’apprécier le paysage à chaque arrêt parking, à faire des photos, jusqu’à la sortie du parc. Par la route 90, on gagne Rapid City, Keystone et, en traversant le Custer State Park où l’on nous promet de découvrir des bisons et de la faune, on arrive à la grotte « Wind Cave National Park ». La température a repris ses droits, on est proche des 40° vers 16 h. Excellent d’arriver à cet endroit, la fraicheur de la grotte nous ira bien. On nous promet un bon 11°. On prend nos billets pour la visite de 17 h. Sans être extraordinaire, cette grotte nous a plu parce qu’elle était particulière et différente de toutes celles qu’on a visitées. D’abord, c’est une grotte sèche, aucun stalactite ou stalagmite, elle a un plafond en nid d’abeilles et elle est tout en couloirs et très étendue. La visite dure 1h.15 et on regagne la surface par un ascenseur.

   Retour dans le Custer State Park et cette fois, on les voit ces bisons. Le troupeau traverse justement notre route et un gros mâle pense qu’il est bon de prendre un peu de repos à cet endroit. Il se couche. Il n’y reste pas longtemps. Les gardiens arrivent au volant de leur jeep et il se lève aussitôt. Nous, les quelques voitures qui sommes par là, profitons du spectacle.

   Un peu plus loin, dans ces prairies, on rencontre des ânes, des petites marmottes et des chèvres genre chamois. Nuit dans un des campings du Custer State Park. Mercredi, découverte du « Crazy Horse Memorial », œuvre inachevée et surhumaine débutée par un seul homme, reprise par quelques uns de ses enfants. Ce projet ne reçoit aucune aide de l’Etat. Il n’avance qu’à petit pas. Il s’agit de tailler un indien à cheval dans la roche. Pour l’instant, on voit le visage. Le bras tendu à l’avant prend forme. Tout cela a pris déjà quelques bonnes dizaines d’années. Le film relatant cette idée folle, présenté sur le site, est très intéressant et on se rend bien compte de l’immensité de la tâche ou de sa démesure.

    Après cette visite, on passe au site suivant, le Mont Rushmore « Mount Rushmore National Memorial » où là, c’est une affaire d’Etat. La tête de 4 Présidents est taillée dans la montagne, 4 Présidents qui ont œuvré pour la Patrie. Une allée avec les drapeaux de tous les Etats américains nous conduit à l’amphithéâtre et au sentier du pied de la montagne. Sculpture réalisée entre 1927 et 1941.

    Après ces visites éblouissantes, on quitte cette région magnifique qui mériterait qu’on s’y balade encore. Tout est prêt pour y accueillir les vacanciers.

. Il y a plein d’hôtels, de motels, de park à RV, de camping et des sites d’amusements pour occuper les touristes.

Nous, on reprend la route, direction le Nord en traversant en diagonal le Montana (grand comme l’Allemagne nous dit notre tenancière de camping). On passe la nuit à Hardin puis à Shelby. Sur notre route, on traverse une zone réservée à la tribu cheyenne et une autre à la tribu crow. On n’y remarque rien de particulier. Partout, un immense plateau parfois cultivé, parfois non. L’altitude est d’environ 1000 m. La température redescend. On respire. Bientôt, c’est la frontière. Pas de formalités en quittant les Etats-Unis et pour l’entrée au Canada, le temps de remplir un formulaire, c’est fini, on peut continuer en Alberta. On passe Calgary puis Edmonton et on s’installe au camping d’Acheson où nos pièces mécaniques ont dû arriver. Déception, rien n’est là. Le lendemain, grâce au numéro d’acheminement, on découvre que le colis est en rade au centre d’Edmonton où il y a le dédouanement à payer. Ouf, on y va et ça y est, on a nos bougies. De garage en garage, pas moyen d’en trouver un qui veuille bien s’atteler au remplacement de ce matériel. On abandonne, on les changera plus tard. Depuis ce matin, il pleut. On avait presque oublié que le Canada, c’est comme ça, il y pleut. On quitte la région pour le Nord. Arrêt pour la nuit à Valleyview en Alberta. On dort là où on a mangé, sur la place du restaurant, le patron nous a permis. Samedi, le temps s’arrange un peu. On roule jusqu’à Dawson Creek. C’est de là que part  « l’Alaska Highway » longue de 1’800 miles. Nous y voilà donc dessus. Arrêt pour la nuit à Fort St-John en Colombie Britannique, au bord du lac Charlie. Aujourd’hui, dimanche, on a parcouru à nouveau quelques centaines de km. Mince, un caillou a marqué son passage sur le pare-brise. Le soleil est de retour. Pour ce soir, on est installé dans un camping, au milieu de nulle part. De la forêt partout et une route qui nous relie au monde.

2011.07.18 au 24 – Sud Dakota et en route pour l’Alaska – réduit

La température extérieure est douce,  17,5° à 9 h. du soir.

 

Une réponse à Sud Dakota et en route pour l’Alaska

  • les béberts dit :

    Salut les aventuriers….
    Vous êtes fou… vous avez combien de km au compteur.???? Vous avez mis le turbo… on vous quitte à Chicago.. et on vous retrouve au fin fond de la Colombie Britannique. Dure de vous suivre… j’ai sortis un atlas de l’Amérique du nord.. et là miracle je vois même la route que vous empruntez.. j’ai même trouvé les villes..Je vois bien les routes, on peut bien suivre… J’espère que vous avez une petite laine..Brrrr… Vous avez fait fait un saut de géant..je suis sur que les portraits des grands hommes des US, c’était formidable ..comme le reste d’ailleurs… bravo gros bisous à vous deux a bientôt sur les ondes de Lully…bon voyage Pierre&Nelly